coups de cœur·critiques·film

Le combat d’une famille ~ My Beautiful Boy

Dans ce film, on s’intéresse à la relation entre un fils accro à la drogue et son père soucieux de sa santé mentale. On suit le combat de Nic Sheff et son quotidien, sa désintox entre rechutes et espoirs. Ses parents n’avaient rien vu venir : il est brillant, a été reçu à différentes universités, veut devenir écrivain… Et a testé presque toutes les drogues du monde depuis déjà plusieurs années, depuis ses douze ans.

Nic explique qu’une fois tombé dans les addictions, elles seules lui apportaient de l’apaisement et du
réconfort et l’on comprend qu’il ne s’agit plus de sa volonté désormais… Il y a cette phrase qui m’a marquée, puisqu’elle représente parfaitement le contenu du film : 

« I dont’t feel I have a disease (…) This isn’t like a fucking cancer. This is my fucking choice. I put myself here. » «Je n’ai pas l’impression d’avoir une maladie (…) ce n’est pas pas comme un putain de cancer. C’est mon choix. C’est moi qui me suis mis là-dedans ».

Si je devais n’utiliser qu’un mot pour décrire ce long métrage, cela serait : MARQUANT. (J’ai d’ailleurs aussi appris à la toute fin du film qu’il s’agissait d’une histoire vraie)

Ce que j’ai vraiment aimé dans ce film, c’est que, se concentrant sur l’histoire du fils, nous
découvrons les informations au fur et à mesure que l’intrigue avance, grâce au père.

Timothée Chalamet ne m’a encore une fois pas déçu avec son jeu incroyable, où il nous livre un Nic sensible, complexe et fragile. Les larmes me montaient aux yeux lorsqu’il pleurait ou rechutait, il transmet vraiment bien les émotions.Tandis que le père, Steve Carell, est démuni et ne comprend pas ce qui arrive à son enfant adoré, il est dépassé par les événements, et persuadé qu’il est responsable de l’état de son fils. La relation père/fils est décrite par cette expression « Plus que tout », qui semble dicter leur vie. Le lien qui les unit est vraiment très beau, bien que très fusionnel. Un autre questionnement dans ce film est justement celui-ci : doivent-ils rester aussi proches sachant que cela peut les détruire mutuellement ?

La BO est indispensable dans l’histoire, et apporte de la précision au récit (la musique a même un rapport avec le récit) ainsi que de la profondeur. Les plans sont incroyables, et m’ont d’ailleurs rappelé ceux de « Call Me By Your Name », avec ces larges et longs plans.

J’avais entendu parler de ce film comme d’un « crève-cœur », moi je vous avoue que j’ai plus pleuré dans la bonde annonce que dans le film en lui même. Comme avec « Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur », il s’agit plus d’un visionnage qui vous marquera sur le long terme.

Un commentaire sur “Le combat d’une famille ~ My Beautiful Boy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s