actualités·coups de cœur·critiques·film

Bergman Island

REALISATRICE: Mia Hansen-Love                            TEMPS : 1 heure 52

Avec Mia Wasikowska, Tim Roth, Vicky Krieps

Tout commence par une douce parenthèse poétique, un exil sur une île calme à la recherche de l’inspiration, des balades à vélo et un plongeon dans l’eau glacée.

Mais après l’insouciance de la découverte, des premiers instants dans ce lieu inconnu qu’est Farö (une île suédoise), c’est la tension qui s’est fait ressentir en moi. Car la lenteur de l’intrigue n’a fait que me conforter dans l’idée que quelque chose de terrifiant allait se passer…

(Avis aux désireux de découvrir ce film : rien d’effrayant ne va se passer, alors n’ayez pas peur, sinon vous allez vous retrouver à sursauter, comme moi, pour un simple lavabo ouvert trop fort 😉)

Avec cette histoire qui me rappelle vaguement « Shinning », et ces extraits des films de Bergman, mon petit esprit peureux a eu de quoi flipper !

Ce film conte donc la vie de deux cinéastes qui viennent écrire leurs scénarios respectifs sur une île de Suède. Tout d’abord pour s’évader grâce à ces beaux paysages, mais aussi car ils sont tous les deux fans du célèbre cinéaste, Bergman, ayant habité en ces lieux.

Petit à petit, les conjoints vont découvrir de nouvelles choses sur leur idole, sans jamais en être inquiétés. Pourtant, avant sa mort, il aurait vu des fantômes et eu 6 femmes, chacune décédée prématurément ! Malgré cela, tous les personnages sont attachants, et on se lie forcément à l’un d’eux…

Tandis que la plume de Tim est fluide, et qu’il écrit aisément depuis son arrivée, Chris a plus de mal, et manque d’abandonner. Mais c’est elle qui se confiera sur son scénario, et la seule des deux d’ailleurs. On basculera alors dans sa fiction pour suivre son histoire…

A partir de ce moment-là, tout se complique : on va d’une histoire à l’autre jusqu’à ce que la frontière entre réel et fiction se fasse de plus en plus mince…

Si l’amour entre Tim et Chris semble longiligne, stable et chaleureux, celui des deux protagonistes de cette dernière est douloureux, puissant mais compliqué, car chacun a construit sa vie entre deux retrouvailles (ils se connaissent depuis longtemps). On a l’impression que Chris vit les aventures de son héroïne par procuration tant elle est réservée dans sa vie d’écrivain.

Si sur le moment, c’est le suspens que je m’inventais qui était frappant pour moi, après coup ce sont les blagues que l’on échangeait avec mon amie qui me font rire !

On a pouffé devant une bataille d’inoffensives méduses, la prononciation de ces lieux suédois ou encore devant une scène de bain de minuit…

Mais ne vous fiez pas à mon récit, et foncez plutôt en salle pour le découvrir et vous faire votre propre idée.

Je suis certes ressortie avec un mal de crâne tant j’avais réfléchi, mais je pense que c’était ce mélange d’incompréhension, d’imaginaire, d’un petit quelque chose qui rappelle la poésie sans en être, et d’une BO sensationnelle qui fait de ce film un nommé des Césars à aller voir.

Un commentaire sur “Bergman Island

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s