bande dessinée

Le prince et la couturière

AUTRICE : Jen Wang

EDITIONS : Akileos                                                                PRIX : 22 euros

Une BD sur l’acceptation, de soi, de son apparence, et sur l’abolition des préjugés.

Francès, couturière, est appelée au château. On la réclame, et souhaite qu’elle s’occupe de la collection personnelle… du prince !

Mais cela, elle ne l’apprendra qu’une fois là-bas.

D’abord, elle s’inquiètera de ce qu’elle a bien pu faire de mal (comme chaque personne convoquée dans un palais, je suppose !)

Ce qu’elle découvrira ensuite, c’est que ce prince (Sébastien) aime mettre des perruques, des bijoux, des tuniques, et diverses parures. C’est ainsi qu’il se sent « entier, lui-même ».

Elle sera mise dans la confidence avec un autre unique domestique. Imaginez le désastre si le roi venait à l’apprendre !

Francès n’hésitera pas longtemps à entrer à son service. Il suffit que Sébastien enfile une de ses tenues dites « féminines » pour que l’évidence lui saute aux yeux : il rayonne et est épanoui lorsqu’il porte des longues mèches rousses et des dorures.

Aussi, elle décide de le suivre, pour l’argent, et pour son amour évident pour la mode.

Ils deviendront vite amis, et s’éclipseront la nuit pour se rendre à des fêtes extravagantes.

Tout le monde remarque le style original et pétillant de « Lady Crystalllia », le surnom du prince.

La journée, tandis que Sébastien subit les rendez-vous arrangés avec diverses prétendantes (imposés par ses parents), la petite couturière use de sa créativité pour inventer des vêtements toujours plus époustouflants. Elle est certes encouragée par son ami, mais elle souffre du fait de rester dans l’ombre : il y a des tensions.

Comment les gens réagiraient si la fameuse Lady Crystallia se révélait être un garçon, qui plus est le futur souverain ?

Des thèmes d’actualités, bien mis en forme dans un récit rythmé.

Les dessins des personnages aux visages arrondis et aux yeux remplis d’expressions m’ont plu.

Même si l’ouvrage est assez gros (et lourd ! Conclusion : ne pas le prendre dans son cartable 😋!), il n’est pas long à lire, le texte n’est pas difficile, accessible.

C’est à la fois un point fort et un défaut, en fonction des lecteurs.

Ceux qui aiment les mots peuvent se consoler en regardant les illustrations, et ces couleurs qui font penser à la renaissance, avec un beau rouge Bordeaux.

Une brise de contes de fées souffle dans l’air …

Une bonne histoire engagée, qui nous entraine dans deux milieux dont on n’a pas l’habitude d’observer les secrets : la royauté et la mode.

2 commentaires sur “Le prince et la couturière

    1. Merci pour tes commentaires chaleureux, j’aime beaucoup ce que tu fais également 😍!
      Continue bien, et n’hésite pas à repasser sur mon blog, et à me donner des conseils de lecture 😊

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s