coups de cœur·critiques·Roman·romance

Eleanor and Park

AUTEUR : Rainbow Rowell
ÉDITIONS : Pocket jeunesse                                                PRIX : 7 euros 95
Eleanor est « trop ». Trop imposante, trop rousse, trop excentrique, trop ronde…
Park est parfois « pas assez ». Pas assez fort, pas assez brutal, pas assez viril…
Les deux ne se côtoient pas : ils se frôlent, mais s’évitent, ne se parlent pas. Ils étudient dans le même lycée, prennent le même bus chaque matin, mais rien ne semble pouvoir les relier.
Un jour de septembre de 1986, la jeune fille s’assoit à côté du garçon, dans le car du matin. Par peur de subir les railleries de ses camarades, sûrement, ou tout simplement par surprises, l’adolescent l’ignore royalement. Face au dégoût des autres élèves pour la fillette à tignasse imposante, Park se tait, s’efface.
Mais il ne peut pas le faire éternellement, surtout lorsque les deux jeunes se rendent compte qu’ils partagent de nombreux centres d’intérêt. Eleanor n’a pas une vie facile, et elle s’évade et se réfugie dans la musique des Beatles, puis des Smiths dès que possible, ainsi que dans la lecture des comics.

D’abord par le prêt d’une BD, puis par l’enregistrement de nombreuses musiques sur une cassette, ou par l’achat de piles, Park lui tend une perche pour qu’elle s’échappe de sa vie cauchemardesque.
Un beau père violent, une situation précaire, du harcèlement… et un amour sincère, timide comme le sont les premiers, mais pur et réel.

Avec un début assez tranquille et une intrigue dont on voit le bout (du moins, c’est ce que l’on croit), je ne plaçais pas de grands espoirs en ce roman dont j’avais BEAUCOUP entendu parlé, que cela soit sur YouTube, sur des blogs ou dans des magazines.
Je trouvais que Park était beaucoup plus généreux envers Eleanor qu’elle l’était elle-même envers lui, mais c’est simplement qu’elle pense ne pas mériter l’amour, car elle n’a plus foi en elle. Cela crée malgré tout une relation que certains pourraient ne pas aimer… Mais cela ne dure pas longtemps !
J’ai donc commencé cette lecture en été, ce qui est sans doute le meilleure période pour lire un livre de ce style, une romance douce, un peu poétique et pleine de sens. 
Si on dit qu’il n’y a que cela, on se trompe ! L’amour fait partie du genre littéraire, mais on compte de nombreux sujets forts qui sont mis en avant comme le harcèlement ou la confiance en soi, la violence, la précarité…
Je l’ai dévoré, je le trouve sans artifice, très concret et, contrairement à la plupart des romances, elle n’est pas pleine de clichés. Elle se déroule en 1986, ce qui nous (re)plonge dans les années 80, avec toute cette musique, ces références cultes. Et puis il y a cette fin improbable que l’on ne peut que découvrir par soi-même si l’on souhaite la savourer, si émouvante… Cette lecture m’a marquée, et je la recommande !

4 commentaires sur “Eleanor and Park

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s