action/aventure·coups de cœur·critiques·Roman

Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire

AUTEUR : Daniel Handler (mais qui écrit sous le pseudonyme de « Lemony Snicket ») Série finie en 13 volumes

ÉDITIONS : Nathan PRIX : 6 euros 50

« Si vous aimez les histoires qui finissent bien, vous feriez beaucoup mieux de choisir un autre livre. Car non seulement celui-ci finit mal, mais encore il commence mal, et tout y va mal d’un bout à l’autre… « 

C’est sur ces mots que s’introduit l’intrigue de cette série en 13 volumes (mais qui passe trop vite !) où l’on suit les trois enfants Violet, Klaus et Prunille Baudelaire. Avec son humour noir et caustique, et ses remarques sarcastiques (que l’on aime ou que l’on n’aime pas), le narrateur commente les péripéties des malchanceux Baudelaire.

Un jour maussade de pluie, les trois jeunes se rendirent sur la sombre plage de Malamer où ils avaient l’habitude d’aller quand l’orage menaçait de s’abattre sur l’horizon. Ainsi ils avaient les dunes pour eux seuls et leurs idées. Le trio était brillant : l’ainée Violette avait l’esprit vif, et ses nombreuses inventions compliquées étonnaient sans cesse. Klaus, le cadet, adorait lire et s’instruire. Il avait acquis un vocabulaire et un savoir impressionnant au cours de ses nombreuses lectures. Prunille, la benjamine, quant à elle, aimait mordre ce qui est dur et avait des dents que l’on pourrait qualifier « d’acier ».

Cependant, ce jour-là, les enfants apprirent une funeste nouvelle : leurs parents avaient péri dans un grand incendie qui avait ravagé leur maison et réduit en cendres tout le bâtiment, et ils doivent aller vivre chez la seule famille qu’on a réussi à leur trouver, un très lointain cousin, le comte Olaf.

Après cela s’en suivront stratagèmes, supercheries et complots pour s’emparer de l’immense fortune tant convoitée des Baudelaire, que Violette pourra réclamer à ses 18 ans révolus et qui est en attendant bien au chaud dans un sinistre compte bancaire.

Un récit qui part dans les extrêmes, allant du drame aux conclusions sans queue ni tête, en passant par le cynisme de l’auteur.

J’ai A-DO-RE!!! J’ai tellement lu ces romans que je les connais par cœur. J’ai aimé les trois orphelins qui sont très malins et qui ont des réflexions qu’on aime comprendre et suivre dans notre avancée.

De nombreux mystères se rajoutent au fur et à mesure et on se demande comment Lemony Snicket (Daniel Handler) trouve son inspiration.

Le comte Olaf est si cruel et absurde à la fois qu’il a réussi, avec sa clique, à m’arracher une dizaine de fous rires au moins !

La série (avec Patrick Warburton, Malina Weissman et Neil Patrick Harris), assez fidèle, et le film (avec Jim Carrey et Meryl Streep) bien quoique incomplet puisqu’il s’arrête au troisième volume, sont à retrouver la télévision.

Je vous conseille de commencer par les romans qui sont plus courts et invitent à entrer dans le contexte (écoutez l’avis de la très grande fan de la série Netflix que je suis !)

Un immense coup de cœur …

6 commentaires sur “Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s